L’EcoRéseau du Pays Nantais version 2.0

L’idée de créer un EcoRéseau à Nantes a fleuri après des rencontres avec Enric Duran et Didac Sanchez Costa i Larraburru en 2010 et au gré des mouvements sociaux Nantais. Le mouvement des IndignéEs et RévoltéEs local a notamment donné l’émulation nécessaire pour tenter une première mouture d’EcoRéseau en septembre 2011.

Après plusieurs mois d’expérimentation, de distributions de légumes bios au Bar le Chat Noir et quelques événements, des questionnements se sont imposés aux noyau dur qui portait le projet. Notamment sur le fait d’avoir opté pour une forme associative. Un EcoRéseau ne nécessite ni local ni matériel coûteux. Il n’a besoin que de l’existence d’initiatives existantes pour mener son objectif à bien : Créer les moyens de notre autonomie tant collective qu’individuelle.

Nous avons donc cessé de distribuer des légumes au Chat Noir pour nous concentrer sur la mise en pratique dans nos vie des idées que nous prônions et en avons fini avec la forme associative. De la première mouture de l’EcoRéseau il reste un groupe soudé composé d’une multitude de groupes plus petits où l’amitié, la confiance et la camaraderie vont bon train. Nous avons renforcé nos liens et la confiance mutuelle. En suivant nos chemins personnels, une majorité d’entre nous a suivi un même cap…

Depuis quelques mois nous assistons à la réactivation de l’EcoRéseau par ses membres. L’idée a fait du chemin et à présent trois associations travaillent de plus en plus étroitement ensemble en ayant recours aux outils proposés par l’EcoRéseau. Ce dernier devient donc peu à peu un réseau d’initiatives dans lequel a cours une économie de transition. L‘adhésion se matérialise au travers de la participation active au réseau (inscription des personnes, groupes, producteurs, assos etc.. sur le Community Exchange System et sur le Réseau Social des Coopératives Intégrales et EcoRéseaux). Il n’y a pas à s’acquitter de cotisations pour participer.

On permet ainsi une meilleure connaissance de l’action des groupes et associations locales, une meilleure communication/coordination de leurs actions. ChacunE, chaque groupe pourra exposer son projet aux autres et bénéficier du soutien actif de personnes et de collectifs… C’est un moyen efficace de recréer les liens et les solidarités qu’ont atomisés le système capitaliste et l’Etat.

En agissant de la sorte on peut communiquer largement les offres de services et de biens proposées par les membres individuelLEs et collectifs tout en minimisant les besoins en Euros. Cela pourrait paraître désuet, cependant imagine… Si nous nous organisons pour pourvoir au maximum aux besoins de touTEs par la mise en commun de compétences, de matériel, de terres et d’idées sans recourir à l’Euro, nous serons en mesure de nous libérer de l’emprise capitaliste sur nos vies. Nombre d’entre nous ont des idées bien tranchées sur des questions de société telles que le travail salarié, la propriété, la précarité, le saccage environnemental, l’hégémonie de la médecine allopathique, l’éducation, etc. En nous mettant en lien les unEs avec les autres et en nous autogérant, nous pouvons dès à présent mettre en place le changement que nous voulons.

Nous invitons les personnes, les collectifs et les associations ainsi que les groupes affinitaires du Pays Nantais qui partagent nos lignes politiques à s’inscrire au Community Exchange System pour y décrire leurs besoins et propositions et à rejoindre le Réseau Social des CI-EX.

L’EcoRéseau adhère à l’Appel à la Révolution Intégrale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s